Obsepub

Compte Rendu de l’Observatoire de l’e-pub S1 2015 PART ONE : la tendance…

Tous les ans au mois de juillet, l’Observatoire de l’e-pub remet son rapport du premier semestre de l’année en cours réalisé par PWC (qui se charge notamment des audits des Masters de l’Auto). L’occasion pour Success Fee de vous proposer un rapide tour d’horizon des médias et canaux en vogue sur le premier semestre et sur les tendances à venir.

Il est tout d’abord à noter que dans le contexte de faible croissance du PIB Français (et ne parlons pas de l’auto), la publicité digital maintient une très forte croissance. Si certains avaient encore des doutes sur la pérennité des nouveaux canaux et médiums de communication induits par l’outil digital dans la publicité, il devient urgent de les abandonner.

Evolution du marché de la publicité digitale en France

La publicité digitale continue d’augmenter et cette croissance se renforce même par rapport à l’année précédente. Mais le véritable fait notable réside tout de même dans le fait que cette publicité digitale se raffine et se spécialise : tout n’est pas (ou plus) bon dans la pub sur internet. Sachez donc sur quel poney miser :

Evolution Search Display Digital

  • Le leader absolu et incontesté reste Google ! Le Search (l’achat de mots clés) reste très largement le premier secteur de la publicité digitale et continue de croître. Google trust à lui seul la plus grosse part de ce marché : en local et en national !
  • Le display est de nouveau en odeur de sainteté. Oubliez bien sûr la bannière vendue au CPM (Coût par mille) des premières années d’internet et entrez dans l’ère du targetting et du retargetting en personnalisant l’affichage de cette bannière à partir de l’historique de navigation de votre prospect ou l’historique d’achat de votre client !
  • Oubliez l’affiliation, l’emailing et les comparateurs ! D’ici à l’émergence d’une réelle innovation dans la technologie ou dans l’usage, ce secteur est le seul qui recule !

Mix Digittal en France au premier semestre 2015 au Search NAtional, Display Classique, OPS, Vidéo, Programmatique, affiliation comparateurs emailings

Il ne vous aura pas échappé que la vidéo affiche la plus forte croissance du moment. Et pourtant, on ne peut que s’interroger sur ce retour en arrière du digital qui semble céder à l’attrait facile de commercialiser l’attention que lui confie ses utilisateurs pour leur imposer des images non sollicitées :

Evolution du montant des investissements publicitaires display en France entre 2012 et 2015

Il y a 3 raisons pour lesquelles les solutions vidéo devraient rester au moins dans un coin de votre stratégie digitale :

  • L’évolution en cours de la technologie abaisse considérablement le poids financier de la production et de la réalisation de ces vidéos
  • Conjuguée à une parfaite connaissance de l’audience, une vidéo fait mouche ! A condition que vous ayez dans votre manche la tierce partie qui fera communiquer votre CRM avec Youtube ou bien une quarte partie comme Success Fee qui s’en chargera directement avec sa propre base de données.
  • Les coûts facturés par les broadcasters (diffuseurs) sont anormalement bas !!! Comptez 1€ les 1000 vues sur Facebook en ce moment ! Et mieux encore Facebook ne compte une vue que si l’utilisateur a regardé la vidéo plus de 6 secondes. S’il zappe à 5,9 secondes, vous ne payez pas !

Une fenêtre est donc ouverte aujourd’hui mais surveillez bien ce troisième point : si le retour sur investissement n’est pas au rendez vous avant la remontée des coûts, n’hésitez pas à mettre en pause en attendant que les coûts de production et de réalisation baissent encore ou bien que la technologie de ciblage s’améliore !

 

Accéder à l’étude complète: #Obsepub

email

About Jonathan Habersztrau

Fondateur du Site ControleTechniqueGratuit.com dédié à la collecte d'informations qualifiées sur l'automobile et les automobilistes à destination des professionnels des métiers de l'automobile. Expert en Marketing Digital et Vendor Relationship Management. Membre de la Fondation Internet Nouvelle Génération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *