Santé des entreprises de l'automobile

La santé des entreprises de la distribution et réparation automobile

Après le rebond observé cet automne, la consommation des ménages a subi un contrecoup notable. Dans un contexte où le chômage reste très élevé et le pouvoir d’achat stable, les dépenses des ménages devraient rester atones tout au long de l’année 2014.

Pour les entreprises du commerce et des services de l’automobile, le début de l’année 2014 a confirmé une stabilisation des affaires du secteur. Après trois années difficiles, le chiffre d’affaires global (vente + après-vente) des professionnels de l’automobile a enregistré une timide hausse à un an d’intervalle (+ 2 %). Sur l’ensemble des douze derniers mois, le rythme d’évolution revient à son niveau enregistré un an plus tôt.

CA de la distribution et réparation automobile

Le recul de l’emploi ralentit. Ainsi les embauches et les départs ne se compensent toujours pas (solde de – 300 sur le premier trimestre 2014). 2 400 postes ont disparu pendant entre janvier 2013 et mars 2014, à ajouter aux 7 000 lors de l’année précédente :

Emploi dans la distribution et réparation automobile

Et compte tenu des anticipations des professionnels pour le printemps, les estimations du CNPA sur le secteur annonce un deuxième trimestre 2014 comparable au précédent : des chiffres d’affaires qui se stabilisent mais des marges moindres. Le clivage grandit dans les professions de l’automobile. Ils sont de plus en plus à penser que tout va bien ou que tout va mal :

Evolution du CA de la réparation et distribution automobile

Et ces chiffres viennent renforcer l’évolution constatée dans les dernières années. Or la trésorerie des acteurs du secteur reste tendue et les entrepreneurs financent leur besoin de cash par une réduction de leur BFR en limitant leur stock autant que possible :

Stock en VN et VO

En conséquence, toutes les entreprises dont l’activité est liée à l’automobile sont touchées quasiment au prorata de leur poids dans le budget des ménages. Le poids des achats de véhicule dans le budget des ménages continue de reculer dénotant d’un vieillissement du parc automobile :

Capture d’écran 2015-08-13 à 18.55.40

Et bien que le poids des dépenses d’entretien et de réparation des automobiles augmente dans le budget des ménages, le chiffre d’affaires de la réparation de voiture continue d’évoluer négativement :

Evolution du CA de la réparation automobile

Or les volumes ici en questions ont de terribles conséquences une fois ramenés au montant des chiffres d’affaires :

Les dépenses de consommation des ménages en transport

En 20 ans, de 1990 à 2010, les dépenses de consommation liées à l’automobile sont passées en France de 80 milliards d’euros à plus de 131 milliards d’euros (+64 %).

Le budget annuel moyen d’un ménage français motorisé consacré à l’automobile s’élève à 5 700 euros, en progression de 22 % sur 20 ans. Les dépenses annuelles liées à l’utilisation de l’automobile (carburant, entretien, réparation, pièces et autres services) sont passées de 2 700 à 3 880 euros sur la même période.

D’après Drivepad, les dépenses de consommation liées à l’automobile sont passées de 80 à 131 milliards d’euros en 20 ans. Depuis 1990, l’ensemble des dépenses de consommation liées à l’utilisation du véhicule augmente fortement. On constate une forte augmentation des dépenses annuelles d’utilisation des véhicules entre 1990 et 2000 (2 701 à 3 413 €, soit une hausse moyenne annuelle de 2,4 %) puis une augmentation plus modérée entre 2000 et 2010 (3 413 à 3 879 €, soit une hausse moyenne annuelle de 1,3 %) avec, quand on examine le détail de ce poste, des variations comprises entre 30 et 80 %.

Les postes de charges entretien, réparation, péages, taxes… enregistrent pour leur part une augmentation de 44 % alors que la part de l’achat du véhicule (neuf ou d’occasion) dans le budget des ménages motorisés diminue.

Entre 1990 et 1998, le kilométrage parcouru par les automobilistes était en augmentation (le poids du poste carburant dans le total des dépenses de consommation des ménages était en augmentation alors que le prix des carburants évoluait peu, dans un contexte d’augmentation des dépenses totales de consommation des ménages).

A partir de 1998, on observe que le prix des carburants a tendance à augmenter sur le long terme et que la part des dépenses de carburant dans le total des dépenses de consommation évolue de manière similaire. Ce qui laisse penser que le nombre de kilomètres parcouru par les automobilistes a baissé :

Evolution du prix des carburants

Bien que représentant désormais une part moindre du budget des ménages, l’automobile reste un poste budgétaire de premier ordre pour tous les consommateurs :

Part de l'automobile dans la consommation effective nationale des ménages

Entre 1980 et 2010, le panorama français relatif à l’automobile a évolué. En 2010, plus de 83 % des ménages sont motorisés et plus de 30 % des ménages possède plus d’un véhicule contre, respectivement plus de 70,8 % et 14,8 % en 1980.

Cette tendance tend à renforcer l’idée que le marché reste à un niveau très élevé mais que la difficulté pour tous les acteurs devient désormais de capter ce client qui se raréfie. D’autant plus que ces acteurs sont de plus en plus nombreux :

Evolution du nombre d'entreprises dans la distribution et la réparation automobile

email

About Jonathan Habersztrau

Fondateur du Site ControleTechniqueGratuit.com dédié à la collecte d'informations qualifiées sur l'automobile et les automobilistes à destination des professionnels des métiers de l'automobile. Expert en Marketing Digital et Vendor Relationship Management. Membre de la Fondation Internet Nouvelle Génération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *