Ralentissement

Les autres paramètres influençant le secteur automobile

En plus des paramètres macroéconomiques pré-cités, d’autres paramètres influencent notamment la réparation automobile :

Elements influençant le secteur automobile

Moins d’immatriculation de véhicules neufs et de véhicules d’occasion sont synonymes d’un parc roulant vieillissant. Et bien que ce fait puisse laisser penser que le parc nécessite une plus grande attention en terme d’entretien, il est à noter que les véhicules les plus kilométrés ne sont pas ceux générant les plus fortes marges en après vente avec une taille moyenne de facture plus faible et que ces véhicules roulent moins.

De plus la baisse des accidents corporels est un point très rassurant d’un point de vue de la sécurité routière mais il n’en reste pas moins vrai que moins d’accidents sur la route sont synonymes d’une moindre activité de réparation et de vente de véhicules de remplacement :

Evolution du nombre d'accidents corporels

A noter que si les baisses de collision provoquent une contraction du marché de près de 15% en volume sur les dernières années, l’augmentation des pièces de carrosserie ou des ingrédients de peinture compensent la baisse en volume d’un marché qui représentera toujours 7 milliards d’euros en 2020.

Mais à cette augmentation de la taille de facture, il faudra soustraire une augmentation des achats de matières premières destinées à réaliser ces prestations et donc un moindre impact positif sur les marges des ateliers.

Si l’on ajoute à cela que seuls 39% des chocs seulement sont réparés : 61% des chocs restent en l’état et ne sont générateurs d’aucun revenu pour les acteurs de l’automobile.

Et la seule responsabilisé du système Bonus – Malus qui encouragerait les automobilistes à ne pas déclarer les plus petits sinistres des assureurs ne peut être mise en avant pour expliquer cette situation de fait. En effet, les assureurs ne se chargent de la prise en charge financière que dans 55% des cas. Ce sont donc 45% des automobilistes qui prennent directement en charge le prix des réparations.

Ce n’est pas non plus un effet de vieillissement du parc puisque les statistiques de réparations effectives menées par le GIPA démontent que les véhicules anciens représentent la majeure partie des réparations :

Age du parc automobile français

Et à noter que tous les acteurs ont à y gagner : si les do-iters ne représentent qu’une faible part des réparations réalisées sur les véhicules récents, ce sont 32% des réparations des véhicules qui sont réalisées directement par les automobilistes avec des pièces achetées sur internet.

 

email

About Jonathan Habersztrau

Fondateur du Site ControleTechniqueGratuit.com dédié à la collecte d'informations qualifiées sur l'automobile et les automobilistes à destination des professionnels des métiers de l'automobile. Expert en Marketing Digital et Vendor Relationship Management. Membre de la Fondation Internet Nouvelle Génération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *